Nager à son tour en eaux olympiques

Publié le

Un deuxième texte de la série de 10 sur des athlètes de la région à surveiller au cours des prochaines années. Le tout produit par le journal Le Droit. Cette fois-ci, c’est Mya Fortin qui est en vedette.

Cette nageuse artistique n’a pas oublié sa première routine devant des spectateurs à l’âge de cinq ans. Nerveuse, Mya Fortin avait commis une erreur gênante.

«J’avais sauté à l’eau avec mes sandales. J’avais oublié de les enlever sur le bord de la piscine, relate en riant l’adolescente qui est aujourd’hui âgée de 15 ans.

«Je vais toujours m’en souvenir. C’était mon premier spectacle de Noël.»

Ça se passait dans le bassin de la polyvalente de l’Île. Gatineau Synchro organisait l’événement.

C’était le club auquel Fortin était associé. Depuis deux ans, elle s’entraîne en banlieue de Montréal. Plus précisément au sein de Dollard Synchro.

«Nous sommes une trentaine de nageuses de niveau national là-bas», souligne-t-elle.

L’athlète gatinoise fait partie des plus beaux espoirs au pays. Elle a participé aux championnats du monde de la jeunesse de la FINA, l’été dernier, à Samorin, en Slovaquie.

Fortin a pris le 10e rang en duo avec sa partenaire Tara Goettisheim, de Hudson, lors des préliminaires. Elle a cédé sa place à une autre coéquipière lors de la finale où la paire canadienne a terminé 11e.

«J’ai adoré mon expérience. Là-bas, j’ai réalisé une première partie de mon rêve en nageant pour l’équipe nationale. L’autre partie, c’est de participer aux Jeux olympiques.»

La jeune femme se dit que c’est possible. Elle marche dans les traces de deux Gatinoises qui ont réussi avant elle sur la scène internationale.

«Stéphanie Leclair et Karine Thomas m’ont toujours inspiré. Ma mère les coachait quand j’étais très jeune. C’est mon rêve de faire comme elle.»

Sa mère, c’est Pamela Roy, qui était entraîneuse chez les défuntes Fées d’eau et Outaouais Synchro. Auparavant, elle pratiquait la nage synchronisée.

«C’est elle qui m’a amené dans ce sport. J’ai commencé à l’âge de cinq ans, mais je n’aimais pas ça. J’ai décidé de faire de la natation à la place. Je suis revenue deux ans plus tard.»

La deuxième fois a été la bonne. La jeune Fortin n’a plus jamais délaissé ce sport.

«En partant, j’aime beaucoup le sport. La nage synchro est un mélange de plusieurs sports. Il y a un peu de gymnastique, de la danse, de la musculation… J’aime être dans l’eau.»

Coup de pouce important

Mya Fortin passe environ 30 heures par semaine à la piscine, dont du lundi au jeudi en après-midi et en début de soirée. Un entraînement a lieu aussi le dimanche.

«Je reviens à Gatineau après l’école le vendredi et je repars vers Montréal, le dimanche, à 5 h du matin.»

En 2019, Fortin a été couronnée championne canadienne en duo chez les moins de 15 ans en compagnie de Goettisheim. Elle a terminé quatrième en solo.

Ces résultats lui ont valu quelques bourses dans les derniers mois.

Les jumelles Penny et Vicky Vilagos, médaillées d’argent en duo aux Jeux olympiques en 1992, lui accordent notamment leur soutien.

«Leur contribution a une signification particulière pour moi, même si je ne les ai jamais vu nager. Ce sont des nageuses qui sont allées aux Jeux. J’ai pris le temps d’aller sur le Web afin de lire sur leur parcours.»

L’institution financière RBC lui a également remis une bourse de 1000 $ dans le cadre du programme du Club de la médaille d’or en Outaouais. La Fondation Laurent Duvernay-Tardif devrait éventuellement lui remettre un chèque de 1500 $. Une présentation prévue tôt en avril a dû être repoussée en raison de la COVID-19.

Tout cet argent aidera à financer la suite des choses pour Mya Fortin, qui fera le saut chez les juniors à l’automne. Elle affrontera des nageuses plus vieilles de trois ans.

Elle devra également travailler sur ses faiblesses. Elle devra apprendre à se faire plus confiance.

«Je ne suis pas souvent consciente de mes capacités», dit-elle à ce sujet.

Ce qui ne fait pas défaut en revanche? Sa famille l’appuie toujours. Même papa Erik, le seul membre du clan qui n’a jamais pratiqué la natation artistique, assiste à ses compétitions.

«Il est souvent là pour m’encourager», souligne fièrement Fortin.

https://www.ledroit.com/sports/nager-a-son-tour-en-eaux-olympiques-d77549f82d6e3a4daf238b236038e9e3?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter&fbclid=IwAR2ll2ZMGzAog9hvY7JK9qiWjQgPJ9S9MV6kCIEqoqwEW9WfcOD5qDjnHQs

Partagez cette nouvelle
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email